Mouna ou la voie du silence intérieur

sivananda

 

Les bienfaits de Mouna sont incalculables (Swami Sivananda)

 

 

Qu’est-ce que Mouna ?

Mouna est une vraie discipline yogique qui augmente la maitrise de soi et la volonté.  Elle consiste à faire vœu de silence pendant un temps donné pour mieux se retrouver. Délaisser l’extérieur au profit de l’intériorité.

Les bienfaits de Mouna

Le yoga dont l’une des particularités est de très bien connaître le fonctionnement du mental  — dont sa capacité à engranger de l’information en continu — propose plusieurs outils pour le mettre «  en mode pause ». Comme le dit si bien swami Prabodhananda dont je résume ci-dessous les propos, comme nous jeûnons physiquement, il nous faut jeûner mentalement pour décharger l’esprit, éviter l’indigestion mentale que nous subissons de plus en plus, en cette époque où nous sommes bombardés d’informations et saturés de stimuli. Dans les processus de jeûne, le corps peut consacrer plus de temps à éliminer les toxines et les déchets en profondeur et procéder à une purification.  Il en est de même pour le mental. En pratiquant le jeûne mental, on peut se débarrasser de ces millions d’impressions  (appelées Samkaras en sanscrit) accumulées et enracinées dans les différentes strates de notre cerveau afin que l’on puisse  les dissoudre et laisser place à l’écoute intérieure. Pour cela, les écrits yogiques proposent plusieurs voies.

(cf : www.yogamag.net/archives/1981/emay81/mouna) (en anglais)

Les différentes voies de purification du mental

À côté de Pratyahara* ou lae retrait des sens, Mouna, ou la voie du silence est une autre voie pour purifier le mental. D’ailleurs, cette voie est pratiquée dans de nombreuses communautés spirituelles. Depuis des millénaires, des sadhus indiens appelés mounis  la pratiquent parfois pendant plusieurs années. En Occident, ce sont par exemple les moines Trappistes. Dans notre mode de vie contemporain, de  plus en plus de personnes ressentent le besoin de ce silence pour retrouver une certaine paix mentale et se reconnecter avec eux-mêmes. Ainsi, l’énergie mentale au lieu de se perdre dans les conversations et les stimulations de toute sorte va être libérée pour la communication intérieure.

Comment pratiquer ?

La voie du silence peut se pratiquer en toutes circonstances, seule ou avec d’autres personnes. Vous pouvez commencer par une heure, 1 journée, 1 week-end ou plus et sentir  rapidement les bienfaits de Mouna : l’esprit est plus clair, plus performant, plus créatif. On peut aussi le sentir au niveau de la voix, plus nette et plus forte ou plus douce selon la personne.

A noter que l’on peut au début ressentir de la confusion mentale. Des pensées défaitistes peuvent ressurgir C’est un peu comme dans le jeûne physique qui, avec la remontée des toxines, met le corps à mal. Au bout d’un certain temps de pratique, normalement ces manifestations disparaissent. Mais si cela vous rend trop nerveux ou irritable, réduisez le temps de pratique avant de l’allonger progressivement. On recommande de pratiquer Mouna au moins une fois par semaine. Mais cela peut être aussi 1 heure ou plus par jour.

Retraite et Mouna

En tant que musicienne et compositrice, j’ai toujours pratiqué Mouna sans le savoir.  C’est, avec le Yoga et mes années à l’ashram Sivananda d’Orléans où nous pratiquions souvent Mouna, que j’ai compris combien cette pratique avait toujours été vitale et importante pour mon bon équilibre mental. Il m’arrive d’ailleurs souvent de passer un week-end sans parler à quiconque, une excellent manière aussi pour des personnes qui, comme moi sont dans leur métier obliger de parler souvent, de se ressourcer.

C’est pour cela que je propose cette pratique dans toutes mes retraites. En plus de se reconnecter avec soi-même, c’est aussi une façon de communiquer plus intensément avec la nature et avec les autres.

Si vous êtes dans un moment difficile de votre vie, dans l’indécision et la confusion, rien de tel que de pratiquer Mouna pour clarifier l’esprit.

Si vous avez envie de pratiquer plus longuement Mouna, sachez que c’est possible dans des monastères ou lors des  retraites Vipassana :   www.retraites-vipassana.fr/

Mouna et neurosciences

Silence… vos neurones poussent (!) Cet article de Christophe André  paru dans Cerveau & magazine du mois de décembre 2016,  relatent une étude réalisée sur des souris en 2013. Celles qui étaient exposées au silence deux heures par jour développaient de nouvelles cellules dans l’hippocampe ( région associée aux émotions, à la mémoire et à l’apprentissage) contrairement aux souris exposées au bruit. À méditer…

Partager cet article

Exprimez-vous :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *