Confiance et plénitude avec les postures d’équilibre

Confiance et plénitude avec les postures d’équilibre

arbreA1Pourquoi les postures d’équilibre nous remplissent-elle de joie ? Il est vrai que souvent les postures d’équilibre sont plus difficiles à réaliser et que nous sommes fières de les maîtriser, preuve de notre adresse, de notre force physique et mentale.

Mais plus que de la joie, c’est aussi un sentiment de plénitude et de contentement que je ressens à l’exécution de ces postures, mêmes les plus simples. Peut-être parce-qu’elles exigent une écoute affinée du corps, qu’elles affûtent notre regard intérieur en développant nos sens cachés que l’on nomme propriocepteurs.

On peut déjà l’expérimenter en se tenant juste debout, pieds joints, yeux fermés, comme en Tadasana, la montagne. On prend vite conscience que le corps bouge. Des micro-oscillations qui sont le fait de capteurs le long de nos muscles et de nos articulations qui renseignent le cerveau à chaque instant sur notre position dans l’espace. (Si l’on se dresse sur les demi-pointes, yeux toujours fermés, cela devient même vertigineux !) En sens inverse, le cerveau  envoie des informations au corps pour que celui-ci ajuste la position afin de ne pas tomber, d’où ces micro-oscillations permanentes.

C’est de celles-ci que dépendent l’équilibre. Observez les exercices d’équilibriste de cirque. Ils ne sont jamais figés dans la posture. Malgré les yeux ouverts, soit les bras servent de balancier et bougent en permanence, soit le corps oscille en permanence d’une manière imperceptible. C’est pour cela que dans les postures d’équilibre, il faut maintenir les articulations fermement, mais pas les bloquer, pour laisser au corps cette possibilité de s’ajuster à chaque instant. Rappelez-vous, le roseau plie, mais ne rompt pas !

C’est, pour ma part, de ce processus complexe que naît la plénitude, avec l’impression d’habiter pleinement son corps. Car il faut littéralement se couler dans chaque muscle, vérifier chaque articulation pour que, de ce regard tourné vers l’intérieur — souvent inconscient —  jaillisse la projection du corps dans l’espace, comme un trait d’union entre terre et ciel. Rassuré par la stabilité de notre bonne vieille terre par le truchement de nos appuis fermes et souples, nous pouvons ainsi sans crainte nous élancer vers l’immensité au-dessus de nos têtes, gagner les sommets et plus encore. Pour cela, nul besoin de réaliser des postures complexes, une bonne vieille posture comme Vrikshasana (l’abre) suffit à nous procurer cette joie.

Ainsi, par la confiance qu’elles nous procurent, les postures d’équilibre sont pour moi les postures idéales pour ceux qui veulent se libérer de leurs entraves et se propulser vers l’avenir incertain, libéré de toutes peurs.

nota : de nombreux facteurs sont en jeu dans les postures d’équilibre. Si vous avez du mal avec ces postures malgré votre travail, sachez que vous avez peut-être des problèmes d’oreille interne qui sont indépendants de votre volonté.

Articles complémentaires : pieds-racines

Partager cet article

Laissez un commentaire